Quelle bellle Echapée Belle - version 2013

Quelle belle Echapée Belle - 2013

 

Sans doute, ça doit être l'stress d'avant la course, je me réveille une heure avant que le réveil sonne. J'essaie de m'endormir mais impossible car je m'étoupais par une sorte d'enthousiasme et d'engouasse. C'est le premier fois que je me lance sur une distance aussi long. Je trouve long le temps d'attendre et finalement je me lève et je me prépare tranquillement. Enfin l'heure est arrivé, quand il faut aller faut y aller ! Je dirige vers le départ de la course pour rejoindre Trooper et Goran. Je les trouve dans la gymnase allonger parmi les autres coureurs. On compare les sacs a dos de chacun, ils pèse pas loin de 7kg. Avec le poids comme ça on va vraiment pas pouvoir courir lOl

 Après quelques foulée d'échauffement dans le parc de Vizille, on a commencé a mesuré la dénivelé. Claquement des bâtons sur des pierres donnait un rythme stressent. Je trouve que la course est parti un peu trop vite pour telle distance. Je décide d'accélérer un peu pour pas laisser creuser trop d'écart avec le premier. Très vite je me retrouve parmi une dizaine de coureurs détaché du pelletons. Comme c'était en même temps le départ du solo et du relais, j'avais aucune idée de mon placement. En arrivant sur une descente, je double Oscar le vainqueur de l'épreuve et le spécialiste du l'Ultra. Là je me suis dit mon rythme est vraiment trop rapide. Je continue a même rythme; de toute façon après on pourra plus courir donc c'est le moment d'en profiter !!

 Au premier point de contrôle, je rattrape deux coureurs de la tête. L'un des deux, était sur relais et l'autre Sébastien Gérard (vainqueur de ultra trail du Beaufortin) en solo. Je commence a recevoir des sms de ma femme et des copains qui me suit en directe. Après le ravitaillement, on commence a aperçoive des passage technique et sauvage avec gros bloc de pierre a perte de vue. On est obligé de marcher a quatre pate pour avancer et Y'a des endroits sont quasi inaccessible pour un randonnée familiale. C'est que le début, l'aventure loin d'être terminer. Après une heure d'effort éprouvent, c'est le moment magique d'arriver au sommet de croix de Belledonne(2926m) sous l'applaudissement des bénévolats et des randonneurs. Après la pointage il fallait faire demie tour pour redescendre mais je monte jusqu'à le pied du croix pour profiter une vue exceptionnelle. Par contre il fallait rester très prudent car y'avait des vide vertigineux tous les côté ! Pour mettre un peu d'ambiance (ce qui est rare chez moi) j'ai dis: si on descendait par là, on aurait pu arriver plus vite ! L'un d'entre eux m'a répondu avec un sourire: Ouais mais quand on arrive en bas, on sera divisé en mille morceaux....!!

 Je prends mon sérieux, je leurs salue et je suis le parcours pour essayer d'attraper Sébastien Gérard. Il m'avait impressionné sur une descente en descendant comme une flèche. J'essaie de copier sa technique de descendre et la CRACKKK... !!!! ma cheville droite s'est plié en deux. Je me suis retrouvé par terre au même moment avec un énorme crampe a l'intérieur de chaque cuisse. Impossible de me relever ! j'ai eu la peur de ma ville. je me suis dis le trail c'est terminé pour moi....!!! J'essaie de me relever en imaginant que c'était juste un cauchemar. Aussi tôt j'essaie de courir pour voir si je pouvais continuer ou pas ! Et miracle, plus de douleur a la cheville mais une douleur assez forte a l'intérieur de cuisse a cause de crampe. C'était la même cheville que j'avais souffert en 2010/2011 par une grosse entorse. A force de tordre en plusieurs répétition, je crois que ma cheville a du adapté en tant que sa forme normal !! En tous cas j'étais très heureux de pouvoir continuer malgré tout.

 Juste avant d'arriver au ravitaillement de Jean Collet, je me suis tombé et mon genoux droite est en sang. Décidément ma jambe droite a commencé avoir sérieuse problème. On m'a soigné et je repars avec un gros pansement. Malgré ma super attention sur mes appuis, j'ai retordue encore deux fois la même cheville mais un peu moins important cette fois ci !! Peu de temps après Oscar me rattrape. j'essaie de courir a son rythme. On a descendu ensemble après le col de Vache, hyper technique et dangereux. Un moment il s'est tombé. En relevant il dit: "Manger et courir c'est pas facile" avec un accent espagnol; Je lui répond: Oui c'est comme chanter et danser en même temps !

 Au fond de France 58ème km, je me pointe quelques secondes devant Oscar. Je me dirige tout droit vers le kiné pour ma cheville. Un bénévolat me tente mon sac de rallonge, mais j'avais pas laissé une paire de basket pour rechange ! J'ai fait une grosse erreur et j'ai eu un énorme regret. c'était trop tard, donc je me prépare mentalement pour la nuit et pour le reste de parcours. Les kinés m'ont soigné ma cheville. j'ai pu bénéficier la dernier technologie, soin par laser. Grace a eux j'ai pu aller jusqu'au bout de cette aventure surhumaine !!! Après plus de 22 minutes de pause, je trace mon chemin tranquillement. En arrivant vers le chalet de ligneux, j'aperçoive séb en un coup de moins bien. Désormais c'est Oscar qui avait pris la tête de la course ! Je double séb en lui encourageant ! Au même moment, un autre espagnol Raul qui est revenu sur moi. J'essaie de m'accrocher sans lâcher son rythme. La nuit commence a tomber, c'est le grand moment de solitude. Si ça m'arrive quelques choses au milieu de montagne... l'engouasse commence a installer !!

 En arrivant au col Moretan, on a sorti les frontale; Raül et moi on décide de rester ensemble la nuit. On prend la descente, un vrai patinoire sur la neige ! Très peu de visibilités de balisage et passage hyper dangereux. On essaie d'avancer comme on peut. Oscar est déjà une demie heure d'avance sur nous. Une pensé pour ce eux qui sont derrière nous. Quelques km en bas, des bénévolats nous attendaient avec des boisons chaudes. Même pas le temps d'arriver, ils nous appelaient en anglais:  "Come here, come here",  "What do you want ?? tea, coffee, hot chocolate or noodles ? "  Je lui réponds en français: -Du thé svp !  Il me pose la question en anglais:  "Do you want suger ?"  Je réponds:  -Oui svp !  "Do you want hot chocolate ?? Its very energetics and rich in calcium !!" Il essaie de me déchiffrer des composition marqué sur la boite de chocolat !  -Non merci !  "Do you want noodles ??"  -Oui je veux bien !  Il me prépare des nouilles en disant "be careful its very hot"  je lui réponds: -Non, non ça va aller, merci !  Je commence a manger des nouilles croustillent a peine les mise dans l'eau chaude.

 Il me dit:  "wait wait, you have to wait until 3 minuts !"  je réponds: -Ne vous inquiétez pas, ce sera cuit une fois que c'est dans le ventre !  A côté une dame reprend le parole : Oh.... il parle bien le français !!!  -Merci madame !

 Que c'était drôle ce moment fantastique .  Sébastien Gérard qui arrive. A partir de la on décide de rester ensemble les trois. Quelques mètres plus bas on trouve plus le balisage. Fais ch....r on se sépare pour chercher le balisage. Je me dirige vers un truc qui brillent en croyant que c'était le balisage mais les yeux de moutons qui brillaient. C'est drôle ça, des moutons de Belledonne sont des champion de la farce MDR !!! J'ai eu peur des Patou et je fais demie tour plus vite possible.

 Vers minuit, on arrive au ravitaillement de super collet. On prend bien nos temps pour manger. Je les impressionne en mangeant une tonne de jambons tremper dans la soupe chaude ! Je leurs ai dis que c'était excellent !! Ca a fait rire tout le monde.

 Fini les rigolade, on doit repartir. Il reste encore plus de 50km; Je suis déjà a bout de mes force. A force de mauvaise appuis, j'ai des douleurs a l'intérieurs de genoux. Ca fait des heures que je me force a courir avec sans aucune plaisir. Plusieurs tentatives d'abandonner sont échoué contre mon envie d'aller jusqu'au bout ! Mes pieds mouillé depuis plusieurs heures, la peu commence a avoir des rides. Et puis vers le points de mes pieds la peu qui s'est fait plié et au chaque pas, la douleur me freine d'avancer. Mais avec le soutien de Sébastien Gérard et Raül tout au long de parcours, m'a donné une force incroyable !

Pied

 Bon le reste de mes aventure j'ai pas assez de vocabulaire pour d'écrire. Je crois que un seule mot ça suffira "la galère"

 Enfin la galère s'est fini en pleine émotion. Sébastien Gérard était large d'avance sur moi mais a 500m d'arrivé, il m'attendait juste pour finir ensemble. Un mec le vrai image de l'esprit de trail et un exemple de solidarité ! Notre arrivé mains dans le mains était aussi appréciable que l'arrivé du vainqueur. En plus l'accueil par mes copains Trooper, Goran et Fabrice était fabuleux. Ils étaient plus heureux que moi. Ils me donnaient le service royale.... ! De toute façons moi, j'étais incapable d'enlever mes chaussure  Heureusement que vous étiez la, merci les amis !!!!

 En tous les cas, j'ai fait une superbe course avec pleines de erreurs au niveaux des gestions que je vais pouvoir prendre comme un leçon pour prochaine fois. j'ai réalisé une expérience extraordinaire !!

 Sange

 Conclusion, magnifique(sauf le 10 dernier km de macadam qui gâche toute la beauté du trail) trail mais très très dure inaccessible pour tout le monde(163 arrivé sur un peu près 500 partant en solo, source: suivi live du trail)

 Un grand merci a l'organisateur et tous les bénévolats sympathique. Merci a toute l'équipe de Kiné et médecin !

 Merci a tous les amis qui m'ont suivi en directe ou indirecte ! Merci a vous tous pour vos sms d'encouragement !!

 Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥Emoji♥.....................!!!!!!!!

 

Sange SHERPA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.